Comment développer une confiance en soi sociale ?

Comment développer une confiance en soi sociale ?
Dans cet article, nous nous intéressons spécifiquement à la confiance en soi sociale. C’est-à-dire, celle qui va vous permettre d’être à l’aise dans tout type d’interaction sociale, en toute situation. En cela, vous allez retrouver de nombreuses similitudes avec l’article « Comment développer la confiance en soi ? » avec cependant quelques différences. Attention toutefois, la confiance en soi ne remplace pas la compétence sociale. Mais vous apprendrez nécessairement cette dernière bien plus facilement en vous sentant à l’aise en situation sociale, grâce à votre confiance, que si vous êtes hésitant et tremblant dans vos interactions. Cela va vous permettre d’exploiter à fond votre potentiel !

Parler avec un maximum de personnes

En matière de confiance en soi sociale, rien ne remplace l’expérience. Plus vous allez multiplier les contacts avec différentes personnes, plus vous allez avoir d’opportunités de développer votre compétence et votre confiance en soi sociales. Pour cela, n’hésitez pas à saisir chaque opportunité d’interaction, y compris les interactions courtes avec des inconnus. Deux-trois mots échangés peuvent faire toute la différence !

Favoriser les contacts avec les personnes avec qui les choses se passent bien

Bien évidemment, évitez les personnes avec lesquelles vous sentez qu’elles ne vous mettent pas en confiance pour leur préférer celles qui vous aident à vous sentir compétents. Il y a dans toute interaction sociale une part de variabilité sur laquelle vous n’aurez jamais la main (cf. Accepter de ne pas avoir toujours le contrôle/d’assumer ses défauts/d’être imparfait et cf. Accepter de ne pas pouvoir plaire à tout le monde (acceptation du rejet)). Par conséquent, si vous avez le choix, choisissez ce qui fonctionne. De cette façon, vous allez foncièrement renforcer votre sentiment de compétence et donc la confiance en soi.

Avoir des amis avec qui expérimenter sans risques

Par ailleurs, assurez-vous d’avoir des amis qui tolèrent vos erreurs. Cela vous permettra d’expérimenter sans risques et de développer plus facilement vos compétences sociales. Une fois que vous aurez expérimenté une attitude, un comportement ou toute autre chose avec vos amis et constaté l’efficacité, vous pourrez sans peine le réutiliser dans un autre contexte.

Remporter des petites victoires au quotidien

En matière de confiance en soi, la moindre petite victoire est bonne à prendre. Par conséquent, sautez sur chaque occasion d’exercer votre savoir-faire social. (Voir également : Parler avec un maximum de personnes.) Faites-le si besoin en découpant la montagne à laquelle vous vous attaquez. Par exemple, si vous n’osez pas engager la conversation avec un inconnu, valorisez le fait d’avoir au moins essayé. De cette manière, vous allez parvenir petit à petit à votre objectif.

Repousser les limites de sa zone de confort

Naturellement, pour augmenter votre confiance en soi sociale, chaque accomplissement, si infime soit-il, doit aller dans le sens d’un élargissement de votre zone de confort. Si vous ne repoussez pas vos limites, ce que vous allez accomplir n’aura aucun impact sur votre confiance. Après tout, vous avez déjà réussi cette action ! Il est donc normal que le fait de la réussir à nouveau n’apporte rien à votre confiance. Visez le niveau juste supérieur !

Définir très précisément ses objectifs et sa ligne de progression

Définir très précisément ses objectifs et sa ligne de progression vous permet de garder le cap et d’éviter de trop vous éparpiller ou pire, de vous démotiver. Se faisant, vous savez exactement quel niveau d’aisance sociale vous comptez atteindre, ainsi que pour quelle raison. Cela vous permet en outre de mieux pouvoir découper vos objectifs et de repousser le plus progressivement possible vos limites. (Voir conseils précédents.)

Accepter de ne pas avoir toujours le contrôle/d’assumer ses défauts/d’être imparfait

Personne n’est parfait et il est impossible d’avoir toujours le contrôle, de ne pas avoir de défauts et d’être parfait. Par conséquent, si votre objectif est inconsciemment la perfection, vous ne parviendrez jamais à construire votre confiance en soi. Notez que ceci peut-être lié à l’impression de retrouver cette perfection chez les autres qui s’explique par le fait que nous avons généralement plus conscience de nos propres défauts, au contraire de chez les autres chez qui ils nous sont, au premier abord du moins, plus masqués.

Accepter de ne pas pouvoir plaire à tout le monde (acceptation du rejet)

Accepter de ne pas pouvoir plaire à tout le monde est également quelque chose sur lequel vous devez travailler si ce n’est pas déjà le cas. Dans tous les cas, vous aurez beau être la personne la plus populaire sur Terre, il y aura toujours une ou deux personnes qui vous empêcheront de faire l’unanimité. Faites-vous donc plutôt une raison et acceptez que certaines différences sont indépassables (ou du moins trop difficilement dépassables). Pour les mêmes raisons, acceptez le rejet comme faisant partie du jeu…

Ne pas sans cesse endosser la responsabilité

Toujours dans le but d’assouplir vos exigences par rapport à vous-même, apprenez à ne pas sans cesse endosser la responsabilité d’une mauvaise interaction, de l’issue d’une relation, etc. Attribuez aux autres leur part de responsabilité ! Sans toutefois tomber dans l’extrême inverse qui consisterait à vous dédouaner complétement quoi qu’il arrive, reconnaitre la responsabilité des autres vous permettra de préserver plus facilement votre confiance en vous.

Avoir ses propres critères pour estimer sa confiance en soi sociale

Il s’agit de ce à quoi vous devriez parvenir si vous appliquez tous les conseils ci-dessus. Faites en sorte que votre confiance en soi se construise uniquement sur votre comportement et non pas les réactions des autres. Définissez comme critères de réussite certaines actions que vous pouvez réaliser indépendamment des autres. Par exemple, plaire à quelqu’un est un mauvais critère. Faire ce que vous pouvez pour lui plaire est un bon critère qui vous libérera de l’influence d’autrui. Ainsi, votre seul obstacle au développement d’une importante confiance en vous va être uniquement vous-même, ce sur quoi vous êtes le plus à même d’avoir une influence.

Se considérer comme un éternel apprenant

Enfin, tolérez vos échecs en vous considérant comme un éternel apprenant ! Ce qui sera le cas car on ne maitrise jamais totalement, en raison de leur indénombrable variabilité, toutes les situations sociales. Il y en aura donc toujours qui vous échapperont. Par conséquent, lorsque vous échouez, cherchez les raisons de cet échec, vous trouverez très sûrement matière pour vous convaincre qu’il s’agissait effectivement de la première fois que vous rencontriez cette situation sous cette forme. De quoi mettre à l’abri votre confiance en vous… Vous savez maintenant ce qu’il vous reste à faire !

Afin de nous aider à vous fournir un meilleur contenu indiquez-nous ce que vous avez pensé de cet article ? Très intéressant
Intéressant
Peu intéressant
Pas du tout intéressant

En apprendre plus encore


Commentaires

Nouveau commentaire
Les commentaires
pseudo :
Cet article est vraiment très bien fait et apprenant.